Samedi 10 novembre 2018, dédicaces au Leclerc de Lure (70) - Du 16 au 18 novembre, participation à « Talents et Saveurs », à Micropolis, Besançon - Samedi 24 novembre, dédicaces au Super U de Salins-les-Bains (39) - Samedi 1er décembre, dédicaces au Cultura de Besançon (25) - Vendredi 7 décembre 2018 dédicaces à la librairie les Sandales d’Empédocle, à Besançon (25) - Samedi 8 décembre, dédicaces au Super U de Bans (39) - Samedi 15 décembre, dédicaces à la librairie Forum de Besançon (25) - Dimanche 16 décembre, participation à Noël Givré à Belfort (90)

Jean Louis CLADE - LE COURS HÔTELIER DE BESANCONLE COURS HÔTELIER DE BESANCON

 

Éditeur : Cabédita
Prix : 25€
Nombre de pages : 147 pages
Année : 2005

 

«Le Cours hôtelier de Besançon, vous connaissez ?» L'interpellé hésite un instant et interroge à son tour : «Vous voulez parler de l'Ecole de Mme Cheval ?»  Alors oui, bien sûr ; il connaît.


Pourtant, ce n'est pas l'Ecole «de Mme Cheval ». Il s'agit en effet du Cours hôtelier féminin de Besançon, devenu depuis quelques années seulement Cours hôtelier de Besançon ...  Sitôt l'établissement ciblé, l'interlocuteur ajoute : «La discipline y est très dure ... mais à la sortie toutes les élèves ont un travail et dans les plus grands hôtels. »

 

Tout est dit ou presque. Il est vrai qu'il s'agit d'une école de rigueur ; qu'elle forme un personnel de qualité destiné à œuvrer, soit comme gouvernant(e), soit comme réceptionniste, dans les palaces les plus prestigieux.
Demeure une question : «Pourquoi cette école est-elle installée à Besançon ?» C'est toute une histoire que je vous propose, une histoire étonnante qui débute le 16 août 1916 et qui n'est pas finie ...  L'histoire d'une école qui participe à la renommée de Besançon et de la Franche-Comté non seulement en France, mais dans le monde entier.

 

Extraits

 

Jean Louis CLADE - LE COURS HÔTELIER DE BESANCON

 

Préface

«Qui veut faire de grandes choses doit penser profondément aux détails» (Paul VALERY ).

De détails en anecdotes, c'est une fascinante histoire que nous conte l'auteur; histoire d'un lieu hors du commun, le Cours hôtelier de Besançon, avec ses exigences, ses rites et ses coutumes, régi par le goût du travail bien fait et qui participe pleinement au rayonnement de notre capitale régionale.
La lecture de cet ouvrage nous amènera peu à peu à découvrir l'esprit de cette maison fait de travail, de sérieux et d'originalité où l'on apprend à bannir les termes «stéréotypes» et «standards» d'une formation tout entière destinée à honorer les hôtes des grands établissements hôteliers français et étrangers.

Jean-Louis FOUSSERET
Maire de Besançon
Président de la Communauté d'agglomération du Grand Besançon

 

Le mot du président

Depuis des années, je connaissais de réputation le Cours hôtelier de Besançon. L'Hôtel de la Couronne, que je dirige au Russey, était voisin de la boucherie tenue par M. et Mme Guinchard. Leur fille allait devenir Mme Cheval, directrice de cette école. Je ne pensais guère en être un jour le président.
En 1996, Daniel Frelin, président des Syndicats hôteliers du Doubs, me demanda de participer à un conseil d'administration de l'association chargée de la gestion du Cours. Le Cours hôtelier traversait alors une période de turbulences. Il en avait connu d'autres. Dans cet ouvrage, Jean-Louis Clade les évoque avec sobriété, car ce n'est pas là l'essentiel. Les directrices passent, tout comme les présidents, mais l'école poursuit son chemin, et quel tracé ! Les administrateurs étaient alors à la recherche d'un homme de consensus. J'ignorais que je détenais cette qualité. Le même jour, je devins membre du bureau, administrateur et ... président. Je. succédai à Mme Aline Brochet, directrice des Voyages Monts Jura, fille d'Henri Régnier, fortement impliquée dans la gestion et le devenir du Cours.
A mon sens, un président d'association n'est rien sans les administrateurs; son rôle consiste avant tout à concrétiser les décisions collectives. Or, l'objectif actuel de l'équipe est d'assurer la pérennité de l'école. Conscients de l'évolution du monde moderne et, dans le même temps, des exigences professionnelles de l 'hôtellerie, les membres souhaitent assouplir la discipline tout en maintenant la rigueur qui a fondé la valeur de l'école. Un équilibre difficile à tenir.
Enfin, l'hôtelier que je suis ne peut que se féliciter de l'implantation d'un tel établissement dans notre département. A leur sortie, les élèves travaillent dans les palaces les plus prestigieux et assurent ainsi le renom de Besançon, du Doubs, de la Franche-Comté et même de la France dans le monde entier.
J'ai cependant le regret de constater que peu d'entre eux demeure en Franche-Comté. Il est vrai que dans notre région, l'hôtellerie reste traditionnelle, familiale. Pourtant, avec le développement du tourisme, un progrès se dessine, à Besançon notamment. La formation du Cours hôtelier profitera alors aux hôtels comtois. C'était le but initial de ses fondateurs.


Robert BRENEY
Président du Cours hôtelier de Besançon

 

Jean Louis CLADE - LE COURS HÔTELIER DE BESANCON

 

Une pratique journalière complète l'enseignement professionnel. Le Cours hôtelier est en effet un véritable hôtel-école avec ses différents services dont on apprend le fonctionnement aux élèves ... Autrement dit, la vie du Cours reproduit exactement la vie d'hôtel avec un confort proche de celui des grands établissements ... Il. y a même le chauffage central !
A tour de rôle, durant une semaine, les élèves sont clientes ou employées. Elles mettent en pratique les enseignements, afin de corriger certaines mauvaises habitudes routinières.

La discipline n'est plus ce qu'elle était au temps de Mme Cheval ...» Affirmation de nostalgiques, car dans cette antichambre des grands hôtels internationaux, le mode de vie au Cours hôtelier demeure spartiate. Aucune faiblesse n'est tolérée et il faut une forte motivation pour mener à bien son année. La formation est rude et les cadences de travail particulièrement élevées. «L'école est toujours un moyen que l'on se donne pour entrer dans la vie active, soulignait Mme Maire. Au milieu d'une clientèle difficile, quand les clients sont loin d'être des tendres, il est préférable d'avoir une identité bien trempée»
Les objectifs du Cours hôtelier de Besançon n'ont pas changé. En une année intensive, l'école prépare des jeunes filles et des jeunes gens aux métiers de réceptionniste et de gouvernante. Les responsables n'ont qu'un souci: que les élèves soient opérationnels dès leur sortie de l'école.

 

22bis3 cours hotel

 

Retour à la liste